la Suisse allemande en action

Mis à jour : 3 sept. 2019

Qu’en est-il de la question animale chez nos amis suisses allemands ? Nous avons posé la question à Tobias Sennhauser, président de Tier im Fokus (qu’on pourrait traduire par L’animal au cœur du débat).


Visuel de communication de l’association © TIF


Peux-tu nous présenter l’association Tier im Fokus ?

Tobias Sennhauser : Tier im Fokus (TIF) est une association antispéciste fondée en 2009. Notre mission se concentre sur les animaux de rente, pour lesquels nous agissons en menant des recherches sur l’élevage industriel, en soutenant les sanctuaires et en encourageant un mode de vie végane en Suisse.


Comment la question animale est-elle abordée et perçue de l’autre côté de la Sarine ?

Comme dans tous les pays industrialisés, un mouvement antispéciste s’est formé en Suisse alémanique. On a assisté à l’émergence d’organisations ou de groupes porteurs de plus en plus d’idées. Le mouvement s’est politisé. Plusieurs initiatives populaires ont d’ores et déjà été lancées, pour une alimentation végane ou les droits des primates. Le sujet a ainsi pu être ajouté à l’agenda politique. Je suis heureux de voir toujours plus de personnes s’engager pour les animaux. C’est vraiment important pour un mouvement social.


Je suis heureux de voir toujours plus de personnes s’engager pour les animaux.

Tobias Sennhauser


Malheureusement, le terme spécisme est encore assez méconnu ici. Grâce aux actions directes menées en 2018 en Suisse romande, de nombreux articles de presse ont été consacrés au sujet. Mais en comparaison avec la Romandie, il nous reste encore beaucoup à faire.


Tier im Fokus propose de parrainer des animaux. Comment peut-on faire ?

Avant d’adopter sa forme actuelle en 2009, notre association soutenait des animaux exploités par l’industrie animale et qui, pour différentes raisons, ont pu la quitter. Il y aura toujours des gens pour dire que protéger quelques animaux n’est qu’un geste symbolique quand on sait que plus que 70 millions d’entre eux sont tués dans les abattoirs chaque année en Suisse. Je trouve pour ma part que les sanctuaires sont extrêmement importants. Ils matérialisent en effet l’idée que les animaux et les humains peuvent vivre ensemble.


Un cochon heureux au sanctuaire Arche Samar à Kirchlindach (BE) © Klaus Petrus


Pour parrainer un animal, il suffit de s’inscrire sur notre site internet. Chaque parrain décide lui-même du montant qu’il souhaite apporter.


Lors d’actions de sensibilisation de rue, Tier im Fokus offre aux passants 1.- pour regarder une vidéo sur le bétail en Suisse. Pourquoi ?

Lorsque l’on marche dans la rue et qu’on est arrêté par quelqu’un, c’est en général pour nous vendre quelque chose ou demander un don. Avec notre action Pay Per View (PPV), nous avons inversé la situation, ce qui a le mérite de surprendre les passants, qui se montrent tout de suite ouverts à regarder nos vidéos. Au départ, nous avions commencé par proposer deux francs, mais nous avons vite réalisé que l’action fonctionnait tout aussi bien avec un franc. D’ailleurs, c’est une action qui ne nous coûte pas grand chose puisque la plupart du temps, les gens nous redonnent le franc, parfois même plus.


Une action de sensibilisation PPV menée par TIF à Berne en 2013 © TIF


Quels sont vos objectifs et actions prévues pour 2019 ?

Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les animaux d’élevage, notamment avec l’initiative populaire contre l’élevage intensif. Nous allons aussi lancer une plateforme qui présentera tou.te.s les paysan.ne.s véganes de Suisse allemande. Nous sommes également en train d’organiser notre troisième Wintergrillfest (barbecue d’hiver), où nous comptons bien montrer aux gens qu’on peut tout à fait faire une grillade conviviale sans tuer d’animaux. L’évènement aura lieu le 16 février 2019 à Berne.

- propos recueillis par CL -

243 vues

© 2019-2020